Les Éditions Secrets de Pays ®

Chemin du Planège – Quartier Romain – 24150 Couze et Saint Front
www.leseditionssecretsdepays.com
contact@les-editions-secrets-de-pays.fr
Jacky Tronel (06 75 22 98 46)


Le livre « Les Mains d’Or » présenté au journal de 13 h. de Jean-Pierre Pernaut sur TF1, le 24 février 2017… Superbe livre de photos réalisées par Manu Allicot, photographe périgourdin, légendes d'Alain Bernard, préface de Pierre Bellemare, édité par Les Éditions Secrets de Pays, à Couze et Saint-Front (Dordogne).


« Prisonniers de guerre dans l’industrie
de guerre allemande (1940-1945) »

Christophe Woehrle

Mai-Juin 1940, Hitler adopte la stratégie du Blitzkrieg (la Guerre éclair). L’armée allemande déferle sur l’ouest de l’Europe, capturant au passage près de deux millions de soldats français. Leur seul espoir : l’Armistice, synonyme de libération et de retour dans leurs foyers…
Dans cet ouvrage, Christophe Woehrle traite la question du travail des prisonniers de guerre français dans l’industrie de guerre allemande et s’intéresse à leur vie quotidienne. Il s’agit de comprendre, par l’analyse d’un commando de travail industriel d’une ville de Bavière, comment se met en place le plan de Fritz Sauckel, surnommé « le négrier de l'Europe ». L’historien retrace le parcours de soldats qui ont subi et construit l’évènement.
Grâce à sa maîtrise de l’allemand et à ses compétences d'universitaire français en Allemagne, Christophe Woehrle a réalisé un travail de recherche approfondi et novateur. Il s’est appuyé sur des fonds d’archives situés de part et d’autre du Rhin, exploitant des documents exceptionnels, jamais encore consultés.
Docteur en histoire contemporaine de l'Université de Bamberg, Christophe Woehrle a déjà publié La cité silencieuse. Strasbourg – Clairvivre (1939-1945) aux Éditions Secrets de Pays.
www.prisonniersdeguerre.com.

— Format 16 x 24 cm, 336 pages, octobre 2019, 22 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« La Cité silencieuse
Strasbourg – Clairvivre (1939-1945) »

Christophe Woehrle – Préface Christiane Kosher-Spohn

Strasbourg, The silent city (la cité silencieuse), ainsi nommée par la BBC en raison de l’évacuation quasi totale de ses habitants en septembre 1939, est le pendant de Clairvivre, sanatorium, lieu de repli, de silence et de soins pour tuberculeux.
L’histoire de Clairvivre pendant la guerre est exceptionnelle. Elle permet de porter un regard nouveau sur l’évacuation des Alsaciens en Périgord et aide à comprendre comment se sont organisées au niveau local la Résistance ainsi que la cache des juifs et des réfractaires au service du travail obligatoire. Elle est un hommage à des gens ordinaires, pris dans le tourment de la guerre, petites gens et médecins… C’est aussi l’histoire d’un homme, Marc Lucius, oublié de l’histoire, fonctionnaire dévoué à la cause des siens, de son institution et de sa patrie.
Clairvivre – lieu de repli de l’hôpital et des Hospices civils de Strasbourg – et son cimetière des Alsaciens constituent le point de départ d’une étude née de la rencontre entre Christophe Woehrle, docteur en histoire contemporaine à l’université de Bamberg (Allemagne) et Serge Barcellini, président général du Souvenir Français, ancien directeur du service de la Mémoire au ministère des Anciens Combattants. La recherche s’appuie sur la consultation de fonds d’archives privés et publics ainsi que de témoignages recueillis tant en France qu’à l’étranger (Suisse, Allemagne, Autriche, Pologne et Israël).

— Format 16 x 24 cm, 256 pages, juillet 2019, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Strasbourg - Périgueux
Villes sœurs »

Catherine & François Schunck – Préface Catherine Trautmann

Le 18 mai 1984, les maires de Strasbourg et de Périgueux signaient la charte qui fait de Strasbourg et de Périgueux deux « villes sœurs ».
Le 16 décembre 1989, à l’occasion du cinquantenaire de l’évacuation des Alsaciens en Périgord, Yves Guéna concluait ainsi son discours : « Allons, rien n’a changé depuis un demi-siècle dans l’amitié entre nos deux villes. Nous étions la main dans la main au temps de la guerre et du malheur. Nous voici côte à côte dans le temps du bonheur et de la paix. Allons, rien n’a changé depuis trois siècles dans l’attachement de l’Alsace à la France, dans l’amour de la France pour l’Alsace. Vive Périgueux, vive Strasbourg ! Et vive la France ! »
Quatre-vingts ans après l’Évacuation, les témoins disparaissent les uns après les autres, les lieux changent, les faits s’obscurcissent : le temps des commémorations touche à sa fin. Pourtant, l’éclairage porté par les historiens sur cette migration passée ne peut qu’être bénéfique pour comprendre et faciliter celles qui se profilent à l’horizon…
Les historiens Catherine et François Schunck explorent avec rigueur cette page d’histoire locale. Ils nous livrent leur analyse en deux grandes parties, remarquablement documentées : « Le temps de la cohabitation », suivi par « Le temps du souvenir ». Une iconographie très riche, et souvent inédite, contribue à faire de cet ouvrage un document incontournable.

— Format 16 x 24 cm, 256 pages, mai 2019, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Bernard Giraudel
Une légende en Périgord »

Jean Bonnefon – Préface Claude Villers

Le personnage ne passait pas inaperçu. Il promenait sa silhouette élégante, soulignée de son éternelle écharpe rouge, avec élégance et décontraction. Depuis presque 70 ans il était le porte-drapeau de la gastronomie et de l’hôtellerie de luxe en Périgord. Né le 9 octobre 1925, l’homme était passionnément attaché à ses racines périgourdines. « Sei d’aqui… Je suis d’ici. Je suis de Bergerac… De toujours et à jamais je suis un Giraudel ! »
Le patriarche de 93 ans avait choisi d’assumer ses rides tout en conservant la jeunesse du cœur. Il se définissait lui-même comme un « marchand de bonheur et de souvenirs ». Son histoire est celle d’un homme passionnément amoureux du Périgord, de ses paysages, de sa langue, de ses traditions et de ses habitants dont il fut l’ambassadeur bienveillant.
Aujourd’hui encore, au Vieux Logis comme à la Tour des Vents, le visiteur est accueilli comme un invité plus que comme un client. La philosophie de Bernard Giraudel préside toujours aux destinées de ses maisons. Elle est tout entière résumée par une phrase que le fondateur aimait à répéter en accueillant ses amis : « Acabatz d’entrar… Achevez d’entrer ! ».

— Format 16 x 24 cm, 208 pages, mai 2019, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Paunat autour de son abbaye »

Les Amis de Paunat

Paunat est un charmant village du Périgord Noir (Sud Dordogne). L’église et le bourg entretiennent un dialogue qui fait du lieu un site tout à fait exceptionnel et ce d’autant plus qu’il est à l’écart de tout : arriver à Paunat, c’est d’abord un effet de surprise. Si vous venez de Limeuil, la monumentalité de l’église abbatiale prendra progressivement tout votre champ de vision ; sa taille, disproportionnée en ces lieux, vous fascinera. Venant de la Cantonnière (Le Bugue) vous suivrez la fraîcheur d’un vallon où se dessinera, en arrière, le profil d’un bourg dominé par son église. Si le bonheur du calendrier vous fait arriver l’hiver, alors que les arbres ont perdu leurs feuilles, descendez par le Vézou : la longue ligne droite qui plonge vers le village vous ménagera la découverte émerveillée de cette construction inouïe dans un lieu si modeste. Car Paunat est d’abord un site. Ce n’est pas sans raison que les premiers moines du IXe siècle se sont installés au creux de ce vallon. Il leur fallait l’eau, elle coulait de source, sans doute plus abondamment que le maigre ruisseau et la timide fontaine ne le laissent supposer aujourd’hui. L’eau, source d’énergie tellurique, symbole de vie sur laquelle les moines bâtissaient les monastères.
Cet ouvrage, réédition revue et enrichie d'un ouvrage publié en 1991, aujourd’hui épuisé, est le fruit d’un travail de recherches mené par un collectif : Les Amis de Paunat.

— Format 16 x 24 cm, 192 pages, juillet 2018, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Jean Bonnefon
un parcours pluriel et singulier »

Catherine Rebeyrotte – Préface Francis Cabrel

Quand Catherine Rebeyrotte lui a proposé d’écrire sa biographie, Jean Bonnefon a longuement hésité, se demandant quel intérêt son histoire personnelle pouvait bien revêtir. C’est son ami Michel Testut qui l’a convaincu de se laisser raconter, d’accepter de révéler une partie de son jardin secret. Lui le touche-à-tout, l’homme de radio et de télévision, fou de rugby, fervent défenseur de la culture occitane, musicien, chanteur, nouvelliste, enfant de Brassens, ami de Cabrel et de tant d’autres que Catherine a rencontrés... tous parlent de lui avec simplicité et sincérité. D’une grande richesse, son parcours de vie est à la fois pluriel et singulier.
Un cahier iconographique d’une centaine de photos et un index des principaux noms cités complètent la biographie.

— Format 16 x 24 cm, 208 pages, mai 2018, 18 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Cornecul et le Fantôme écossais »

Textes Pierre Gonthier, illustrations Francis Pralong

C’est le récit picaresque d’un match d’anthologie entre la petite équipe de l’Excelsior Sporting Union et une équipe d’Écossais venue d’Écosse, des vrais « avec le kilt qu’on voit les genoux et la cornemuse », match disputé dans les années d’avant-guerre, au cœur d’un village gaulois situé en Terre d'Ovalie… bref, en Périgord !

L’histoire est savoureuse, le récit haut en couleur et les dialogues « pagnolesques ». Entre whisky, torgnoles, boudin à l’ail et haricots couennes, grandit la légende de Cornecul et des héros du Pré-qui-Penche. La vingtaine d’illustrations de Francis Pralong restitue la truculence du récit de l’auteur des textes, Pierre Gonthier. Après « Le beau dimanche de Cornecul », « Cornecul et le Fantôme écossais » est le deuxième album d’une saga rubystique croquignolesque, certes, mais ô combien savoureuse !

— Format 21 x 29,7 cm, 64 pages, mars 2018, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Le souffle des enfants »

Hélène Braun

La Seconde Guerre mondiale en Périgord. L’occupant nazi et ses auxiliaires massacrent les résistants qui s’opposent à eux et les Juifs qu’ils poursuivent de leur haine. Les Braun, réfugiés d’Alsace-Lorraine à Périgueux, ont le souci de sauver d’abord leurs jeunes enfants, Armand et Denise. Ils y parviennent. Avec eux, des dizaines d’enfants ont survécu, cachés au préventorium des Fougères, près de Brantôme en Dordogne. Curieusement, pendant plus de soixante ans cet épisode a été comme effacé de la mémoire collective locale. À partir des quelques souvenirs de son mari, Armand, et de sa belle-sœur, Denise, Hélène Braun a enquêté pendant des années. Elle fait revivre le quotidien des Fougères, décrit les épreuves subies sous l’Occupation par les habitants de Brantôme et de la région, rend hommage à l’action héroïque du directeur du préventorium, Pierre Bouty et de son épouse Marguerite, qui n’ont jamais rien dit, même le danger passé. Le lecteur découvrira aussi les figures d’André Devillard, félibre et maire de Brantôme, de René Redouté, policier résistant, et d’autres héros encore qui ne méritaient pas d’être oubliés.

— Format 16 x 24 cm, 192 pages, juillet 2017, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Au fil du Dropt, de Villages en Moulins…
de Châteaux en Basides »

Jacques Reix, préface Jacques Constantin

Jacques Reix, grand promeneur, nous invite ici à la découverte de la Vallée du Dropt et des coteaux qui bordent ce cours d’eau jadis navigable dans sa partie aval. Situé dans le sud-ouest de la France, le Dropt est une rivière pittoresque aux soixante-six moulins. De Capdrot (la source), jusqu’à Caudrot (le confluent avec la Garonne), le Dropt traverse quantité de villages, châteaux et bastides, parmi lesquels Monpazier, Biron, Villeréal, Castillonnès, Issigeac, Eymet, Lauzun, Duras et Monségur. Jacques Reix nous conte l’histoire de cette rivière, frontière naturelle dans la mouvance des royaumes de France et d’Angleterre… C’est l’Histoire très documentée des bastides et châteaux de cette région, l’épopée du chemin de fer et la vie des nombreux moulins qui jalonnent cette rivière. Ce livre met en lumière le patrimoine qui constitue tous les éléments de cette « machine à rêver » qu’évoque si bien l’auteur. Conscients du passé mouvementé et laborieux de ces lieux de vie et de leurs liens sociaux, rêvons avec lui d’un avenir radieux fait d’échanges et de partages tout au long de la « Trame Bleue » de nos rivières.

— Format 21 x 21 cm, 144 pages, septembre 2017, 24 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« L’Ombre de l’Orchidée »

Georges Gautron

On se laisse facilement happer par ce livre abouti qui se lit d’une traite. Un roman maîtrisé, riche de l’acuité de l’introspection du personnage principal, Pierre, journaliste et romancier, ancien militant d’extrême gauche des années soixante dix, revenu à Clermont-Ferrand après avoir mis de la distance avec son engagement parisien. À la suite d’une rencontre improbable, il croise à nouveau Carole, avec qui il renoue. Bonheur amoureux, bonheur de l’écriture, le bonheur s’installe… quand s’invite une orchidée malsaine – un cancer du poumon – et tout bascule. L’intrigue est l’occasion d’une suite de réflexions sur la maladie et la mort, l’écriture et l’édition, le journalisme, Mai 68 et l’engagement politique, traversées par les contradictions qui construisent chaque être humain. Mais c’est avant tout une très belle histoire d’amour !
L’écriture de l'auteur est rigoureuse et charnelle. C’est le quatrième roman de Georges Gautron, Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, ex directeur général adjoint chargé de la Culture et de l’Éducation au Conseil général de la Dordogne.

— Format 14,5 x 21 cm, 320 pages, mai 2017, 19 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« La Légende des Femmes lionnes et autres Contes fantastiques »

Textes Élahé Homami, illustrations Pascale Bordier-Gomez
Collection Encres Sauvages

Que petits et grands se réjouissent : voici des contes, des vrais. De ceux qui nous semblent venir de très loin et avoir toujours existé. De ceux qui répondent à notre imaginaire… De père iranien réfugié politique en URSS et de mère russo-allemande, Élahé Homami a baigné dans les contes russes, mais aussi dans la magie des spectacles de clowns de son pays. Elle s’en est allée, une fois sa mission accomplie : nous les faire découvrir afin d’enchanter nos vies, parfois trop ternes. Ce recueil de contes fantastiques est le fruit d’une belle rencontre puis d’une amitié entre Élahé, professeur de russe et Pascale, thérapeute et artiste peintre. Deux mélodies en polyphonie et polychromie sont apparues, destinées à chaque enfant en nous qui attend d’être émerveillé, encore et toujours.

— Format 14 x 21 cm, 224 pages, mars 2017, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Bateliers des Pays de Garonne
et Dordogne »

Jacques Reix - Préface Guy Croussy

Avec ce dernier beau livre, Jacques Reix poursuit son œuvre d’historien des villages et des bastides et de biographe des fleuves et des rivières…
Les rivières et les fleuves ont connu la vie des hommes. En Nouvelle Aquitaine et en Occitanie, la Dordogne, la Garonne, le Tarn, le Lot, la Baïse, le Dropt, le Ciron et l’Isle ont assisté à des aventures extraordinaires. Des conquêtes et des fortunes, des péripéties moins glorieuses, des querelles sournoises, des naufrages.
Jadis, tout un monde grouillait sur les berges et sur l’eau. Bateliers, mariniers, meuniers, marchands, ouvriers des chantiers et des pêcheries, artisans, femmes et enfants, patrons et miséreux. Le spectacle est terminé. Mariniers et bateliers ont disparu. On préférait la route et le rail.
Assagies par les barrages, les rivières coulent paisiblement. Dans ce calme, la plaisance. La promenade sur l’eau, le voyage entre deux rives. La navigation en famille. Le tourisme nautique, les croisières fluviales. La renaissance ! Les nouveaux bateaux sont paresseux et polis, ils glissent en silence.
Avec son dernier livre, abondamment illustré (cartes postales anciennes, photos, cartes et croquis de gabares), Jacques Reix nous invite au voyage, dans le temps et sur l’eau des rivières et des canaux du Sud-Ouest de la France.

— Format 28 x 20 cm, 160 pages, septembre 2016, 29 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…

« Un prêtre résistant : Georges Rocal
(1881-1967), Historien du Périgord
et Juste parmi les nations »

Guy Mandon

Saint-Saud en Nontronnais (Dordogne-Périgord). Au cœur du gros bourg, niché auprès de l’église, dans un presbytère en forme de chartreuse, un prêtre, Georges Julien, Rocal en écriture (1881-1967).
Guy Mandon retrace ici les combats et l’œuvre de ce curé de campagne, historien du Périgord. Le plus connu de ses combats est celui qu’il livre dans la Résistance, de son village au front de Royan, en qualité d’aumônier de la « Brigade Rac ». Son action est honorée à la Libération. Bien après sa mort, il reçoit le titre de Juste parmi les nations. Il est aussi l’écrivain qui évoque l’âme des paysans du Périgord, ces Croquants dont il ausculte les croyances, la vie quotidienne et les luttes séculaires. On lui doit surtout une histoire de la Dordogne, d’un Napoléon à l’autre (1799-1851). Démocrate et engagé sur le plan social, l’abbé Rocal tente, en vain, de résister à la désertion de son église.
Ce livre est également le récit des combats quotidiens d’un curé de campagne face à la déchristianisation, tantôt prompt à la sollicitude, tantôt à de grandes colères. Il doit aussi supporter d’étranges affaires et n’en sort pas indemne. Nous voici entraînés dans le récit d’une passion dont témoigne aujourd’hui son église restaurée de Saint-Saud Lacoussière.

— Format 16 x 24 cm, 224 pages, septembre 2016, 20 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…

 

« Les Mains d’Or »

Photographies Manu Allicot, textes Alain Bernard

« Quand la richesse de la lumière sublime les mains d’or de l’artisan.
Quand le témoignage photographique révèle des métiers qui s’éteignent pour certains.
Comme un hommage à ces métiers, Manu Allicot nous livre dans ce recueil une série d’images éloquentes
où la pureté et la lumière de l’instant s’allient au savoir-faire et à la dextérité des mains.
Reliefs et ombres surgissent alors, modelant ambiances et expériences, révélant stigmates et blessures de vie de labeur.
L’excellence dans sa plus délicate expression. »

— Format 28,5 x 20,5 cm, 88 pages, juin 2016, 25 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Des nouvelles du temps »

Jean Bonnefon

« Mon affection pour le temps n’est pas nouvelle. Pas le temps qu’il fait… celui qui passe.
Depuis que j’écris des chansons, des histoires, des contes, je finis toujours par retomber sur le temps...
Ce qui pour un musicien est plutôt une bonne nouvelle. (…)
Le temps est sans doute, avec l’amour, le thème le plus abordé par les poètes, car il est l’essence même de la vie.
Dès la première seconde, le temps nous est compté. Il n’est pas surprenant qu’au fil du temps il ait fini par nous être conté. (…)
J’ai donc pensé qu’il était temps de consacrer du temps à écrire quelques nouvelles à ce sujet. (…)
Les personnages des dix histoires rapportées ici ont tous un rapport plus ou moins direct avec le temps.
Il les rattrape, les torture, les dérange, les contraint, les trouble… »

— Format 14 x 21 cm, 160 pages, mai 2016, 18 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« De la douceur des choses »

Textes Pierre Gonthier & Michel Testut, illustrations Marcel Pajot

« Voici quarante jolis textes, historiettes ou confidences qui sont des trésors de lecture.
Toujours tendres, souvent émouvants, parfois malicieux, provocants ou frivoles, nous les recevons comme des invitations à goûter le bonheur de vivre.
Ce bonheur-là, teinté de souriante nostalgie, 
Pierre Gonthier et Michel Testut le courtisent en philosophes amoureux
et lui demandent de ne jamais cesser de les étonner.
Les illustrations de Marcel Pajot y ajoutent l’amicale offrande d’un singulier talent. »

— Format 14 x 21 cm, 144 pages, mai 2016, 18 € —

Vous pouvez télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


« Le beau dimanche de Cornecul – Rugby au Pré-qui-Penche »

Textes Pierre Gonthier, illustrations Francis Pralong

Le titre de l’ouvrage est évocateur… C'est le récit picaresque d’un match d’anthologie en terre d’Ovalie dans les années d’avant-guerre.
L'histoire est savoureuse, le récit haut en couleurs, les dialogues pagnolesques.
La vingtaine d'illustrations pleine page (format A4) restitue admirablement la truculence du récit.

— Format 21 x 29,7 cm, 64 pages, juin 2015, 20 € —

Pour en savoir plus : http://bit.ly/1IyxnzA.

Pour commander, contactez-nous :

Chemin du Planège – Quartier Romain – 24150 Couze et Saint Front
contact@les-editions-secrets-de-pays.fr
Jacky Tronel (06 75 22 98 46)

Vous pouvez également télécharger notre Bon de Commande, l'imprimer, le remplir et nous le retourner…


Salon « Livre en fête », Champcevinel, 18 & 19 juin 2016, Alain Bernard et Manu Allicot, photo DR.


De gauche à droite : Francis Pralong, Jacky Tronel, Pierre Gonthier, Michel Testut et Jean Bonnefon
Club de la Presse du Périgord, le 24 mai 2016, photo Bernard Chubilleau.

Cliquez sur les visuels ci-dessus pour les agrandir…